• contact@a-typik.com
  • 06 19 09 70 13
  • en
  • es
  • ja

Les Evènements d’A-typik

A-TYPIK FAIT SA RENTREE

Pas de commentaire

A-TYPIK fait sa rentrée et aura le plaisir de vous accueillir du 4 au 7 septembre 2015 au salon PREMIERE CLASSE – HALL 1 – STAND W97 à la Porte de Versailles – Paris

VERNISSAGE – A vos agendas!

Pas de commentaire

Merav Dechaume photo - Copie photo photo1SAMEDI 4 OCTOBRE 20014

 

A-typik a le plaisir de vous présenter les oeuvres de

Merav DECHAUME

 Vernissage le Samedi 4 octobre à partir de 18h00 à notre showroom 

Il ne fait aucun doute que ses toiles sont des sujets interactifs

On y trouve sans cesse une lueur nouvelle, une transparence inattendue, une profondeur surprenante.

  Ses tableaux, reposants et foisonnants à la fois selon ce que l’on a envie d’y voir ou selon l’humeur de l’instant, sont empreints de mystère. L’ « Art de l’harmonie ».

L’artiste nous entraîne dans un voyage artistique où chacun se retrouve interloqué. 

De formation scientifique, spécialisée en statistique et recherche, Merav Dechaume, s’attache à faire ressortir une profonde perspective dans ses œuvres.

En six ans, ses tableaux sont désormais exposés dans plusieurs pays d’Europe.

Merav Dechaume est née en Israël en 1969. Après seize ans passés aux Etats-Unis, elle vit désormais dans les Yvelines.

Ce vernissage sera également l’occasion de vous dévoiler nos nouvelles collections pour cet hiver…. A noter dans vos agendas!

A-TYPIK SUR LA RIVE GAUCHE

Pas de commentaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A-typik est fier de présenter ses collections au Bon Marché, magasin emblématique de Paris, renommé pour son histoire, ses collections des plus chics, sa volonté de mettre en avant les créateurs. C’est auprès de son nouvel espace Néo Mexicain qu’A-typik a le plaisir d’être présent auprès de marques de renom.

UN PEU D’HISTOIRE

A l’image d’un Paris du 19e siècle où tout bouge, tout change, tout s’invente, la création du Bon Marché bouscule les traditions. En 1852, Aristide Boucicaut, fils de chapeliers, monté à Paris pour être calicot, comprend vite qu’il y a une place pour un nouveau commerce, proposant plus de choix aux acheteurs… Il transforme, avec son épouse Marguerite, une simple échoppe en un « grand magasin » singulier au large choix où l’on entre librement et déambule sans être importuné. Le Bon Marché est né et les innovations se multiplient: prix fixes, marges réduites, livraison à domicile, échange d’articles, vente par correspondance, mois du blanc, soldes, concerts privés, coin bibliothèque… Dans le monde entier, on s’inspire bientôt du modèle commercial inventé par ce couple précurseur et révolutionnaire.

Au début de l’année 1875, une galerie de tableaux est ouverte. Cette merveilleuse installation est généreusement mise à la disposition des peintres et sculpteurs qui désirent y exposer leurs œuvres et se mettre ainsi en rapport avec la nombreuse clientèle qui afflue au Bon Marché. La maison se fait l’intermédiaire gratuit et obligeant entre les artistes et les amateurs.

Après son rachat par le Groupe LVMH en 1984, la nouvelle équipe, mise en place par Bernard Arnault en 1987, décide de repositionner le magasin. Cette rénovation vise à en faire le magasin le plus sélectif de Paris. Alliant tradition et modernité, dans un cadre chaleureux et convivial, Le Bon Marché devient un magasin haut de gamme très parisien où les valeurs d’authenticité et le culturel viennent se mêler étroitement au plaisir d’acheter.

On murmure que la Rive Gauche serait le profil chic de la Seine… C’est bien plus encore: une façon d’être, un art de vivre, un esprit. A la frontière des 6e et 7e arrondissements, caressant Saint-Germain-des-Prés, un quartier dont les arts et les lettres font l’honneur, Le Bon Marché reflète à lui seul cet esprit Rive Gauche: une ouverture sur le monde, un goût pour la culture, une tradition sans cesse revisitée… Ici, pas d’explosion de l’offre, pas de frénésie de consommation.

Le Bon Marché Rive Gauche scelle jour après jour son appartenance à un univers où créativité et modernité sont les points d’équilibre. Un désir de communiquer qui s’inscrit dans la culture de l’époque avec des campagnes publicitaires réalisées par les plus grands photographes.

Depuis 1988, La Grande Epicerie de Paris, filiale du Bon Marché Rive Gauche, se transforme et devient le plus important des magasins alimentaires de la capitale. Fin 2013, après 18 mois de rénovation, il célèbre sa renaissance. Profitez d’une nouvelle expérience toujours unique, révélant les savoir-faire des métiers de bouche, une sélection toujours plus pointue de produits d’exception – rares ou traditionnels –, et enfin de nouveaux univers et services. Faire ses courses à La Grande Epicerie de Paris est indéniablement devenu un « incontournable », un plaisir revendiqué, un moment privilégié…

Puis c’est au tour de Franck & Fils, créé en 1897 par Emma Franck, de devenir une filiale du Bon Marché Rive Gauche en 1994. Une nouvelle équipe insuffle alors un esprit qui doit désormais inspirer tous les actes de ce magasin singulier: l’esprit couture.

UNE HISTOIRE FAMILIALE

Les époux Boucicaut

Aristide Boucicaut voit le jour à Bellême, dans l’Orne, le 14 juillet 1810. Fils de chapelier, il vend laines et tissus sur des marchés normands avant d’arriver à Paris l’année de ses vingt cinq ans. Il occupe alors un poste de vendeur au sein d’un magasin de nouveautés situé rue du Bac, Le Petit Saint Thomas. Bientôt, il fait la connaissance de celle qui deviendra son épouse en 1848, Marguerite Guérin, alors vendeuse dans un « bouillon-traîteur » où il a ses habitudes.

 

Marguerite naît le 3 janvier 1816 dans une famille très modeste, à Verjux, près de Chalon-sur-Saône. Agée de douze ans, elle quitte sa région natale afin de travailler au sein d’une blanchisserie parisienne.

Le Petit Saint Thomas contraint à fermer ses portes, Aristide rejoint en 1848 une enseigne dirigée par les frères Videau, située à l’angle de la rue du Bac et de la rue de Sèvres, Au Bon Marché. En 1852, il en devient actionnaire en s’associant avec les frères Videau dans sa transformation et son développement. Il emprunte la somme de 2,2 millions de francs à son ami Henry-François Maillard et rachète les parts des frères Videau en 1863. Aristide Boucicaut s’attache alors à expérimenter des méthodes commerciales innovantes basées sur une psychologie fine du client: entrée libre, prix fixes indiqués sur étiquettes, catalogues, vente par correspondance, expositions de blanc…

Altruiste, Aristide Boucicaut multiplie également les mesures afin d’améliorer les conditions de vie et de travail de ses employés. Il met ainsi en place une assistance médicale, des congés payés, des promotions de carrières, des cours du soir, il institue un réfectoire, une caisse de prévoyance et de retraite. « L’homme que nous enviait l’Amérique » s’éteint le 26 décembre 1877, laissant Antony-Aristide, fils des époux Boucicaut né en 1839, assurer la direction du magasin. A la mort prématurée de ce dernier, Marguerite Boucicaut, veuve et sans descendant, transforme l’entreprise familiale en une société par actions dont les membres fondateurs sont les principaux collaborateurs d’Aristide: Narcisse Fillot, Émile Morin et Jules Plassard.

Marguerite Boucicaut meurt en 1887 dans sa villa cannoise. Ses somptueuses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Thomas-d’Aquin à Paris. De nombreux employés, clients et amis se déplaceront pour rendre hommage à sa bonté ainsi qu’à ses accomplissements. Son testament s’inscrit dans la continuité de ses œuvres sociales et philanthropiques : elle confie à l’Assistance publique, son légataire universel, la construction d’un hôpital moderne qui portera son nom. Les employés du Bon Marché reçoivent également des legs en fonction de leur ancienneté.

 

Source article :http://www.lebonmarche.com/decouvrir/histoire.html

QUINZAINE DU COMMERCE EQUITABLE

Pas de commentaire

La quinzaine du commerce Equitable 

3 mai 2014 : c’est aujourd’hui que commence la Quinzaine du commerce Equitable !

 

Profitez des prix doux sur une partie de notre collection durant cette quinzaine du commerce Equitable,

que cela soit dans  notre espace showroom ou sur notre boutique internet.

 

Nous profitons également de cette période festive pour vous faire découvrir notre exposition photo concernant la fabrication de nos bijoux en Ivoire Végétal  ainsi que la fabrication de nos Mochilas par les ethnies.

Des photos mais aussi de petits films retraçant la façon de vivre de chacun et son environnement ainsi que la confection de nos produits.

Ainsi vous pourrez découvrir les visages de celles et ceux qui travaillent avec notre marque depuis plus de 8 ans, une culture bien différente de la nôtre mais tout aussi enrichissante.

 

A-typik poursuit sa quête et son développement d’accessoires Fantaisie ou Luxe dans le cadre du commerce équitable et vous proposera l’hiver prochain une collection en Alpaca confectionné dans divers ateliers. L’un en Bolivie pour les accessoires en crochet avec un bel atelier labellisé en commerce équitable.

Au Pérou pour le tricot avec un atelier familial, à taille humaine également disposant d’un label en commerce équitable ainsi qu’un autre atelier du Pérou dont le tricot raffiné et particulièrement traditionnel est reconnu par l’UNESCO pour son patrimoine humanitaire intemporel.

Notre plaisir passe par le vôtre, celui de vous faire découvrir encore et toujours un savoir –faire ancestral confectionné par des hommes et des femmes conscients des enjeux environnementaux et nous permettant de monter ensemble des collections propres à notre marque dans le respect de l’humain et de ce qui l’entoure.

Les Mochilas Wayuù d'A-typik

Pas de commentaire

 

 

 

Nos mochilas sont faites à la main, la bourse est confectionnée uniquement au crochet.

La technique utilisée est le jacquard, ce qui est rarissime au crochet car le jacquard est un point compliqué et difficile, les femmes wayuu vous répondront en souriant et avec amusement : « tout est une question de mathématiques » !

Notre collection se compose donc de besaces réalisées au crochet, d’une main experte, par les femmes de la tribu wayuu.

Afin de mieux les connaitre et de mieux comprendre leur art, je passe chaque année plusieurs jours auprès d’elles dans le désert. 

Vous pourrez découvrir ci-dessus quelques photos de mon dernier voyage mais également visiter et cliquer sur « j’aime » si cela vous plait notre page Facebook ( https://www.facebook.com/pages/A-typik/240478746038262) qui relate nos évènements et contient plus de photos encore de nos voyages.

La tribu wayuu vit donc de façon éparse, par petits groupes de famille dans le désert.

Chaque ferme se compose de plusieurs huttes de cactus. Chacune de ces huttes a une fonction bien précise : la chambre, la cuisine et enfin la hutte de réception où l’on reçoit les voyageurs de passage, les aides de la fermes, les amis des uns ou des autres, pendant que les femmes elles se regroupent la plupart du temps dans la cuisine.

La cuisine est justement le lieu de tous les échanges, on y prépare le pdj au feu de bois ds 5h30 du matin, les déjeuners et diners, on y reçoit les amis les plus proche autour d’un petit café bien sucré et réchauffé lui aussi au feu de bois, cela lui confère un petit goût caramélisé absolument délicieux.

C’est aussi là que les hommes des alentours se retrouvent pour transformer les cônes de coton en pelotes, en échange d’un bon repas . les femmes quant à elles, installées dans les hamacs mis à disposition ou sur les fateuils de plastique recyclé (et oui !) se chargent de la confection de la besace (appelée communément Mochila.) elles vérifient la qualité des besaces, la qualités des bandoulières confectionnées la plupart du temps par les hommes en fléché (technique de tissage à l’aiguille) ou au métier à tisser. Les métiers à tisser se retrouvent dans l’ensemble des cuisine, il s’agit de deux trois rondins de cactus disposés en M à l’entrée de la cuisine, dans toutes les familles.

Ici chez les wayuu, il est essentiel qu’une femme sache crocheter. La philosophie de vie de chacune d’entre elles se retrouvent dans les motifs géométriques ou floraux de nos mchilas.

Généralement  chaque clan a ses propres motifs et  chaque clan dispose également de son propre patronyme en dessin ethnique. On peut ainsi observer dans le dessin du patronyme d’un clan, ses qualités, ses valeurs, ce qui distingue une famille d’une autre.

Dans cette partie oubliée de la Colombie et du reste du monde, on ne parle que wayunaïki.

L’espagnol est enseigné dans les écoles aux plus jeunes et se pratique lors des déplacement au village, si besoin.

Comme toutes les tribus du monde les wayuu vivent de peu de choses ! la vente des mochilas leur permet d’acheter les denrées nécessaires pour la vie dans le désert.

Ils possèdent des chèvres pour certains des vaches, des cochons noirs, des poules et des coqs ,un terrain où ils ont installé leurs huttes et ne voyage finalement que pour aller chercher de l’eau à la réserve naturelle qu’ils ont créé pour survivre parfois à plusieurs km voire plus de 3hrs de marche de leur lieu d’habitation.

Les enfants vont à l’école le matin, à pied, en bicyclette, en moto ou en camion accompagné d’un homme du clan. Les femmes ne conduisent pas.

La journée passe, à l’abri d’une chaleur torride, sous le toit de cactus.

A la tombée du jour, on rassemble les animaux dans l’enclos pour s’assurer qu’ils ne s’égarent pas pendant la nuit.

Après le diner, les soirées se poursuivent à discuter jusque tard dans la nuit allongés au fond du hamac.

Je vous souhaite une bonne lecture et partage la voie lactée au-dessus de nos têtes avec vous !

Qu’une étoile filante passe pour chacun d’entre nous….  

Cet hiver A-typik a décidé de vous réchauffer!!

Pas de commentaire

 

Nouvelle Collection Hiver 2014 A-typik

Nouvelle Collection Hiver 2014 A-typik

  L’ALPACA – l’accessoire luxe d’A-typik

 

En avril, Mai, Juin, Juillet derniers….. Quel froid !

Nous étions encore avec nos écharpes autour du cou, notre envie de soirée au coin du feu !! Mais où était donc le soleil ?? Il attendait sagement nos vacances ??

De ce fait, j’ai souhaité pouvoir vous proposer dès cet hiver une gamme luxe A-typik en Alpaca !

Pourquoi l’Alpaca ? Tout simplement parce que cette laine extrêmement douce et chaude me rappelle mes études en Argentine, un certain voyage au Chili et des milliers de km parcourus en Amérique latine. Parce que mon poncho acheté en Bolivie il y a plus de 20 ans (déjà !!!! oups !) n’a pas pris une peluche, ne s’est pas déformé et il est toujours magnifique !! L’Alpaca c’est cela, le luxe à l’état pur !

Je n’allais pas vous proposer un Poncho à lama comme le mien.. non, non ! Même s’il est vraiment superbe !.. quoi que !

Je souhaitais créer une  jolie collection, douce, féminine et ultra légère et très chaude pour les journées de folie de working girls que nous sommes !

J’ai donc fait appel à  une jolie équipe de stylistes talentueuses que j’admire pour me donner un coup de main pour ce nouveau projet ! Tout de suite emballées nous nous sommes appliquées à mettre en place cette jolie première collection d’hiver !

A-typik n’est pas une marque de mass market mais bien une marque de créateur qui souhaite avant tout vous faire plaisir en vous offrant une gamme d’accessoires 100%  fait main, collections originales et personnelles, 100% créées  exclusivement pour notre marque.

Je crois que le parie est réussi !

Je laisse les professionnels découvrir notre nouvelle gamme Luxe le week-end prochain au salon Who’s Next ! (Notre stand est le L30 /Hall 7.2)

Le salon luxe et fashion par excellence où nos produits ont une très jolie place !!

Si vous êtes un particulier, dès l’arrivée de notre stock, nos produits seront mis en ligne, en attendant vous pouvez également venir les découvrir à notre show room au 20, rue du Vieux Versailles – 78 000 Versailles…

Il fait encore froid !

Profitons en !

Voyage au pays de Frida

Pas de commentaire

fridaVous étiez impatients de la revoir depuis notre dernier salon professionnel !

Ces lignes géométriques, colorées et très tendances vous ont séduits, notre nouvelle collection 2014 se dévoile enfin ! Et pour notre plus grand bonheur elle accompagne une Artiste qui nous est chère !

La Collection Mexicana accompagne la sublime exposition « Frida, l’Art en Fusion »  portant sur Frida Kahlo qui a lieu en ce moment même à l’Orangerie, Jardin des Tuilerie de Paris et ce jusqu’au 13 janvier prochain. Profitez d’un prochain week end pour aller la visiter !

Nous vous recommandons la découverte ou re découverte de cette Artiste tumultueuse, fougueuse, si courageuse et magnifique !

Une peinture naïve de corps perdus, meurtris de douleur mais d’une beauté incroyable, Frida Kahlo nous a laissé une œuvre forte, colorée qu’André Breton, le pape du mouvement surréaliste  a comparé à « un ruban noué autour d’une bombe ».

Laissez-vous bercer par la Couleur des Emotions,

Laissez-vous porter par la Couleur d’un voyage au Mexique

Découvrez celle qui disait « je n’ai jamais peint mes rêves, j’ai peint ma réalité »

Laissez-vous entrainer dans le monde étrange et surprenant, festif, joyeux et tourmenté de la Maison Bleue de Coyoàcan, devenue  aujourd’hui Musée Mythique !

Offrez vous une Invitation pour le Voyage au Pays de Frida !!

La Collection Mexicana d’A-typik voyage également… et sera disponible dans votre boutique favorite distribuant notre marque dès la rentrée 2014 !!